Des maires autorisent par arrêté l’ouverture des commerces non alimentaires




Enfin! aurait-on envie de dire. Des maires de France se rebellent contre les inégalités, les absurdités les non-sens engendrés par la gestion de crise sanitaire du Gouvernement français. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Le maire de Migennes, dans l’Yonne, a autorisé par arrêté municipal à ce que les commerces non-alimentaires de son centre-ville restent ouverts, et ce à compter du 30 octobre. Dans le texte signé de sa main, le premier magistrat “dénonce” la non fermeture des rayons non alimentaires et non essentiels des supermarchés, ce qui crée une rupture dans le principe d’égalité. Dans son arrêté, le maire de Migennes annonce que l’arrêté restera en vigueur tant que “l’égalité de traitement ne sera pas rétablie”. Attaqué d’emblée par la Préfecture du Département qui lui demande de retirer son arrêté, le maire, François Boucher se dit prêt à aller devant le tribunal administratif. Dans l’Hérault, les Pyréennées orientales, en Côte d’Or ou encore à Estaires dans le Nord, d’autres maires ont fait de même. L’idée est aussi de faire pression sur le Gouvernement afin qu’il précise, et vite, la notion de non essentiel. Une colère sourde est clairement en train de monter face aux incohérences des décisions de l’État et aux situations d’inégalité qu’elles engendrent.
Votre Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *