Covid-19: “Les gens crient au complot, ils ne se rendent pas compte”




Marion*, pas encore 30 ans, est infirmière en réanimation depuis quatre ans au sein d’un centre hospitalier de la métropole lilloise. La jeune maman, originaire du Lillérois, témoigne de son expérience face à l’épidémie de Covid-19.

Comment avez-vous accueilli la nouvelle qu’une épidémie mondiale était sur le point d’arriver ?
Au début on ne savait pas à quoi s’attendre, on ne savait pas grand chose. Il y avait quelques cas dans l’Oise et dans l’Est, et sincèrement on ne pensait pas que ça nous toucherait. Puis début mars tout a changé, il y a eu une grosse vague avec des patients qui avaient tous la même chose. Il a fallu tout changer, tout réorganiser pour faire face à l’afflux de patients. Il y avait tellement de monde qu’il a fallu créer des lits, aller chercher des respirateurs… On s’est adapté, toute notre unité était occupée par des patients Covid.
Quand avez-vous ressenti une baisse des réanimations ?
Au moment du confinement, qui a bien joué son rôle. Mais il y a toujours eu des cas de Covid en réanimation après le confinement.

On a eu un décès d’un homme de 32 ans qui n’avait rien du tout à la base”

Qui sont ces patients en réanimation ? Jeunes ? Âgés ? En surpoids ?
Il y a vraiment de tout, même si forcément les personnes de plus de 65 ans sont plus nombreuses du fait de leur fragilité. On a aussi des jeunes obèses. Et puis on a eu un décès d’un homme de 32 ans qui n’avait rien du tout à la base. Ça peut vraiment toucher tout le monde, il n’y a pas de règle.
Vous avez pu souffler un peu cet été ?
Oui et heureusement, on a eu des congés, on a pu partir en vacances… Personnellement j’étais devenue super irritable, la situation était tellement pesante. Ça m’a fait du bien.
Et la seconde vague est arrivée… Vous y étiez préparée ?
On savait que ça allait arriver. Et quand c’est arrivé franchement c’était compliqué. Parce qu’autant à la première vague, on ne savait pas ce qui était en train de se passer, et on ne savait pas combien de temps ça allait durer. Là, on savait à quoi s’attendre. Alors oui, ça été très dur. Maintenant on est à nouveau dedans, on n’a pas le choix, on fait avec. Pour moi ça va, même si c’est dur. Je peux parler avec mon compagnon, mes collègues. Mais tout le monde ne le vit pas bien. Certains ont arrêté entre les deux vagues. Travailler en réa, c’est pas donné à tout le monde.
Vous avez un soutien psychologique ?
Oui nous avons ce qu’on appelle la CUMP, la Cellule d’urgence médico-psychologique. C’est utile car déjà dans le cas de la réanimation classique, on est au chevet des patients, on est vraiment proche d’eux, on les soutient psychologiquement, eux, et leurs familles. Pour la Covid, ce qui peut être violent c’est lors des décès. On ferme la housse et c’est terminé, pas possible de lui mettre des vêtements personnels. Les familles ne peuvent pas voir le corps. C’est terrible.

On n’en est qu’au début. On pense que la 2e vague sera beaucoup plus longue.”

La deuxième vague est-elle identique à la première ?
Pas vraiment, elle n’est pas arrivée de la même manière, elle est survenue beaucoup plus vite. Et puis c’est partout en France. Ce qu’on sait, c’est qu’on n’en est qu’au début. Un pic mi-novembre est l’hypothèse du moment… mais on pense que la 2e vague sera beaucoup plus longue.
Les techniques de soin ont-elles aussi évolué non ?
Oui, on a plus de recul. On essaye de moins intuber et éviter les complications dûes à ça.
Et d’un point de vue médicamenteux, qu’est-ce que vous administrez ?
De la déxaméthasone, c’est un corticoïde. Et ça fonctionne.
Les « séjours » en réanimation dureraient moins longtemps, et il y aurait moins de décès. C’est ce que vous constatez aussi ?
Oui, moins longtemps parce que comme je l’ai dit, on a plus de recul sur la façon de soigner. Le souci c’est que derrière, nous avons immédiatement d’autres cas, ça ne désemplit pas. Pour les décès, je n’ai qu’une vision sur mon unité de Covid, c’est compliqué de juger, une unité n’est pas l’autre, même au sein d’un seul et même établissement.

Une patiente en réanimation a demandé  si c’est vrai ce qu’on raconte à la TV

Vous avez peur d’attraper ce virus ?
Non, pas au travail, je me sens super protégée. J’ai plus peur de le choper à l’extérieur parce que les gens ne respectent rien.
Le confinement est une bonne mesure selon vous ?
Si c’est un vrai confinement, oui. Là on sait que ça n’est pas le cas. Et puis il faut voir la bêtise humaine. Les gens crient au complot, ne veulent pas porter de masques… ils ne se rendent pas compte. Une patiente en réanimation a demandé à un collègue si c’est vrai ce qu’on raconte à la TV. C’est quand même dingue, elle pensait être là pour quoi ? J’en ai eu un qui me disait qu’il ne se sentait pas concerné parce qu’il n’était pas touché… et là il l’était, alors il comprenait enfin l’intérêt de respecter. C’est quand même malheureux d’en arriver là.

Propos recueillis par A.Top, Votre Info

*Le prénom a été modifié. Notre interlocutrice a souhaité témoigner sous couvert d’anonymat, ce qui explique le fait que nous n’avons pas insisté sur les chiffres des effectifs, de capacités, de façon à ne pas pouvoir identifier non plus l’établissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *