Départementales – Canton de Lillers: Rassembler à gauche et cultiver la proximité

Ensemble pour le canton de Lillers… « Liste de rassemblement à gauche », précise Carole Dubois ; composée de « candidats de proximité, dans l’intérêt de tous » souligne la profession de foi. La maire de Lillers et sa remplaçante Monique Dambrune, de Lestrem ; le maire de Burbure, René Hocq, et son remplaçant, Dominique Gallois, de Saint-Venant, constituent une équipe géographiquement équilibrée qui s’est fixé comme objectif de reconquérir le canton perdu lors de la dernière échéance.

Pour René Hocq, la perte du canton en 2015, c’est six ans de perdu, car rien n’a été fait pendant tout ce temps. « Les élus du Rassemblement national ont voté contre tous les budgets du conseil départemental… » Selon lui, ils n’ont donc rien apporté.
Ensemble pour le canton de Lillers est aussi une liste composée de candidats expérimentés de par les engagements politiques et les professions des concernés. Carole Dubois qui aura fait toute sa carrière dans la fonction publique territoriale est élue à la ville de Lillers depuis 23 ans. Elle a été adjointe à la culture, au patrimoine et aux finances et donc maire depuis juillet dernier. René Hocq, maire de Burbure depuis trente ans, a déjà été conseiller départemental (pour le canton d’Auchel). Employé à EDF, aujourd’hui retraité, il est néanmoins resté dans la partie au sein de la Fédération départementale de l’énergie. Monique Dambrune, ancienne directrice d’école à la retraite, connaît elle aussi très bien la vie publique pour avoir été conseillère municipale à Lestrem pendant quatre mandats. Militante associative, elle est connue pour ses engagements en faveur de l’écologie et de la randonnée. Et Dominique Gallois n’est pas en reste puisqu’il est fonctionnaire d’État dans les finances publiques, conseiller municipal à Saint-Venant et président d’une association dont l’objectif est de mettre du liant entre les quartiers. Tous les quatre affichent donc leur connaissance du terrain dans toutes ses composantes (urbaines et rurales) et leur proximité avec les habitants : « on est solidaire par nature » dit Carole Dubois.

Conserver le Département à gauche
Reprendre le canton perdu est leur ambition avec derrière la volonté de contribuer à ce que le Conseil départemental du Pas-de-Calais conserve sa majorité de gauche. L’enjeu immédiat est de mobiliser en faisant bien comprendre toute l’importance qu’a le conseil départemental sur nos vies quotidiennes : les sapeurs-pompiers, les collèges, les routes, l’action sociale et la solidarité au sens large, sans oublier les politiques volontaristes en matière de sport, de culture, de ruralité, d’environnement, d’économie sociale et solidaire.
L’emploi, l’économie et la formation sont davantage de la compétence du conseil régional mais cela n’empêche pas le conseil départemental d’apporter sa pierre à l’édifice. René Hocq donne l’exemple des deux grandes industries agro-alimentaires existant sur le canton : l’usine Roquette à Lestrem et la sucrerie à Lillers qui ont bénéficié de l’aménagement d’infrastructures routières avec, pour la première, une liaison jusqu’au port fluvial de Béthune et, pour la seconde, la déviation de Busnes.

Premières pistes de travail
Sans trop en dire, pour l’instant, sur les idées qu’ils ont et les projets qu’ils veulent proposer et soutenir, les quatre candidats donnent quand même quelques pistes… Pistes cyclables (le jeu de mots était facile) dont les collèges seraient, dans un premier temps, les points de départ. Ils veulent aussi renforcer la lutte contre la désertification médicale avec des bourses attribuées aux étudiants en médecine qui auraient alors l’obligation de s’installer dans le Pas-de-Calais… Ils entendent militer pour l’embauche d’infirmières et d’assistantes sociales pour intervenir dans les collèges où il y a de plus en plus d’enfants en souffrance. Ils veulent encore plus d’aides à domicile, plus d’aides en faveur des personnes handicapées et de leur mobilité, en ville comme en milieu rural…
Il y a encore la question du vieillissement de la population, le « dossier explosif pour les générations à venir ». Certes il faut davantage d’établissements spécialisés, d’Ehpad notamment, mais il convient aussi de travailler sur des politiques alternatives comme les logements intergénérationnels ou les béguinages. « Doubler le nombre de places dans les familles d’accueil est aussi quelque-chose de tout à fait envisageable » selon les quatre candidats qui voient-là l’occasion de créer des emplois.

Compétences et contractualisation
Carole Dubois, René Hocq, Monique Dambrune et Dominique Gallois sont bien placés pour savoir toute l’étendue des compétences du conseil départemental qui a le RSA (revenu de solidarité active) à sa charge (et ce n’est pas la moindre des charges) et qui soutient les jeunes avec diverses actions (l’opération Sac à dos par exemple) ou l’aide au passage du permis de conduire ; qui intervient dans le tourisme ; contribue à la préservation des sites naturels ; favorise les déplacements doux avec la création de pistes cyclables (encore trop peu nombreuses c’est vrai) ou les itinéraires pédestres et de randonnée… Enfin, les quatre membres de la liste Ensemble pour le canton de Lillers, parlent aussi de contractualisation entre le conseil départemental, les territoires et les communes. Ils savent que c’est l’outil à utiliser pour contribuer au développement des vingt-deux communes du canton.-Philippe Vincent-Chaissac, Votre Info pour 62190.fr

Une pensée sur “Départementales – Canton de Lillers: Rassembler à gauche et cultiver la proximité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *