Pollution: la sucrerie de Lillers 3e plus gros émetteur régional d’oxyde de souffre

Contrôlée courant 2017 par des laboratoires indépendants, la sucrerie de Lillers apparaît en bonne place dans le classement des plus gros émetteurs régionaux d’oxyde de souffre. Elle est même sur le podium… C’est ce qu’annonce l’hebdomadaire L’Écho de la Lys dans son édition du 9 août 2018. La chaudière au charbon serait en cause. Le directeur de la sucrerie, Yves Jouannic, tempère le résultat de l’étude publié par la direction régionale. À lire dans L’Écho de la Lys

Une pensée sur “Pollution: la sucrerie de Lillers 3e plus gros émetteur régional d’oxyde de souffre

  • 11 août 2018 à 22 10 07 08078
    Permalink

    L’inhalation de dioxyde de soufre porte principalement atteinte au système respiratoire.

    Particulièrement soluble dans l’eau, il est absorbé par les muqueuses des voies respiratoires supérieures, puis transporté par le sang dans tous les organes. Les ions sulfites et bisulfites formés par sa dissolution pourraient endommager les tissus cellulaires. Ceux-ci sont éliminés progressivement par la voie urinaire, après avoir été oxydés en sulfate.

    L’obstruction des bronches ainsi qu’une diminution momentanée ou durable du débit respiratoire sont les principaux effets d’une intoxication au dioxyde de soufre. Elles peuvent être mortelles si le dioxyde de soufre est inhalé en grande quantité. Les asthmatiques y sont particulièrement sensibles, surtout quand un effort physique s’ajoute à l’inhalation d’une quantité substantielle de soufre.

    Le dioxyde de soufre peut aussi provoquer des irritations et des inflammations, en particulier gastriques.

    Les sulfites, notamment dans le vin, peuvent donner lieu à des allergies, dont les premiers signes sont des difficultés respiratoires, des bouffées de chaleur, des enflures et des démangeaisons. Dans le pire des cas, ils sont susceptibles d’entraîner un choc anaphylactique, parfois mortel.

    A ce jour, aucun effet cancérogène du dioxyde de soufre n’a été prouvé.

    L’émission de dioxyde de soufre est à l’origine, avec l’oxyde d’azote, de pluies acides qui induisent une forte érosion des roches et des bâtiments et nuisent à certains êtres vivants. Elles favorisent une acidification des océans et des lacs, détruisant ainsi les planctons qui s’y trouvent, lesquels assurent pourtant une part significative de la production de dioxygène sur Terre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *