Classé dans | A la Une, Histoire

Lundi 4 septembre 1944: Lillers est libérée après de féroces combats

Publié le 04 septembre 2019 par Administrateur

Des funérailles nationales sont organisées à Lillers, sous un déluge de vent et de pluie. Coll. Votre Info / Lesur

Le dimanche 3 septembre 1944, l’armée britannique pénètre dans la ville de Lillers. Avec le soutien sans faille des FFI, les alliés tentent de mettre fin à l’occupation de la ville par les Allemands. Des combats font rage dans toute la ville. Le capitaine Ansart, héroïque, fait partie des victimes. « Durant toute la soirée et pendant toute la nuit (du 3 au 4 septembre 1944), le secteur des rues de Saint-Venant et d’Aire est bombardé d’obus incendiaires… Les maisons flambent, le ciel est rouge. Les vaillants pompiers essayent d’enrayer le fléau…

Lillers enfin libérée
La population ne se doute pas du danger qui l’a menacée durant ces heures. Lillers aurait pu être totalement anéanti et ses habitants livrés à la fureur de l’ennemi! Grâce aux courageux FFI et aux renforts alliés qui le lundi procèdent à un bombardement nourri et à un nettoyage serré du Bois Pigouche, l’ennemi est enfin réduit à la retraite! Cette fois, on peut remettre les drapeaux ! Lillers est libérée!
Mais cette libération a malheureusement coûté la vie de 24 des nôtres dont l’héroïque capitaine Ansart et 14 FFI et 9 victimes civiles assassinées par les Allemands ! Et cette liste tragique devait s’accroître encore dans les jours qui suivirent par de nouveaux morts des suites de leurs blessures! Des funérailles nationales organisées par le Comité de libération de Lillers se déroulent le jeudi, sous une pluie battante, mais au milieu de milliers de personnes de la ville et des environs, venues apporter l’hommage de leur reconnaissance et de leur admiration aux glorieux morts tombés pour la libération de leur cité.

Dernier adieu « sous un ouragan de vent et de pluie »
Une magnifique chapelle ardente a été érigée dans la salle du Théâtre où les cercueils disparaissent sous les drapeaux et les fleurs! Longtemps la foule défile pour s’incliner devant les corps des héros qui, à 11h, sont transportés sur des chars et des prolonges décorés aux couleurs nationales, jusqu’à l’église… Le cortège est précédé par les sections d’anciens combattants et de prisonniers rapatriés avec leurs drapeaux, la Croix Rouge, l’harmonie Fanien; les familles des chers disparus étaient accompagnées par M.Pinel, sous-préfet de l’arrondissement de Béthune, Mo. J. Rees, prêtre de l’armée britannique, le capitaine Danel, président du comité local, Mme Duez, qui fut avec le capitaine Ansart, l’âme de la Résistance et des FFI dans notre ville, suivis d’une foule innombrable… Après un imposant service funèbre célébré par M. le chanoine Rublin au cours duquel l’harmonie Fanien et les grandes orgues exécutent des marches funèbres, le cortège se rend au cimetière de la ville sous un véritable ouragan de vent et de pluie pour le dernier adieu. D’autres funérailles nationales eurent lieu également le samedi pour deux nouvelles victimes de la libération. »
Extrait du Journal de Lillers, signé Jean Porige, en date du 24 septembre 1944. Source: site internet de l’ADCA.

Ecrire un commentaire

Advertise Here
Advertise Here