Lillers: Isabelle Dallongeville se lance dans la réflexologie plantaire




[Publi-reportage] Éducatrice sportive de formation, Isabelle Dallongeville, 53 ans, installée dans le hameau de Manqueville à Lillers, est en pleine reconversion professionnelle. Une fois le diplôme obtenu, elle volera de ses propres ailes dans sa nouvelle fonction de réflexologue plantaire. Pour le moment, elle en est à la moitié de sa formation, mais pratique déjà, c’est une obligation: « Cela fait partie du cursus, explique-t-elle. Je dois avoir 50 massages minimum à mon actif d’ici la fin de la formation. » 
La réflexologie plantaire, une discipline dans l’ère du temps, encore méconnue du grand public. « Il s’agit de soulager des inconforts, ou des sensations de mal être par le massage des zones de pied. Chaque zone de pied est reliée à un organe du corps humain, explique Isabelle. D’abord j’envoie un questionnaire préalable pour connaître le client et les soucis qu’il rencontre. Et puis aussi, parce qu’il y a des contre-indications. »

On analyse des bosses, des creux, des déséquilibres dans les tissus. En sachant que chaque personne est unique »

Isabelle Dallongeville est tombée amoureuse de la discipline un peu par hasard: « Je cherchais à me reconvertir, et une de mes relations de travail m’a dit qu’elle me verrait bien faire ça. Et en me renseignant, je me suis dit ‘c’est ça que je veux faire’. J’avais envie de faire quelque-chose en lien avec le bien-être. » Un an de formation est nécessaire pour maîtriser la réflexologie. « Il y a 7200 terminologies nerveuses au niveau des pieds, précise Isabelle. Et quand 5 personnes, par exemple, souffrent de problèmes de sommeil, ça peut être cinq causes différentes. » Après la phase « questionnaire », vient la séance en tant que telle. Chez Isabelle, ou à domicile, bien qu’elle réfléchisse à un concept original pour la suite des événements. « Une séance dure une heure et demie », précise Isabelle Dallongeville. Elle résume son travail, en pratique. Pas simple: « On analyse des bosses, des creux, des déséquilibres dans les tissus. En sachant que chaque personne est unique ». Plus de renseignements et contact sur la page Facebook d’Isabelle Dallongeville.
[Annonce 2020 02 13]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *