« Insan’ne, z’allons pinser à saint Crépin »

I n’o rin d’tel eq ses pieds pour avincher
Ch’est pour cha, eq l’homme s’est ardréché
Mais quand même, y’o treuvé qu’ch’tot dur
Du coup y’o mis des semelles, pi des cauchures

Eune sacrée invention qué ch’jus là
Busiez un peu, chu qu’cha s’rot sans cha

I n’iérot pon d’quémins
In’ne connaîtrot pon Lug’ et Luglien
In’ne fêtrot pon Saint-Crépin
I n’iérot pon d’harmonie Fanien

In’ne parlerot pu d’compostelle
Pour Benoît et Amettes, tout parel
Et pis in’n’s’rot pas là à partager
Pace que, pu qu’i’a d’sous moins qu’in pale
Et pu qu’in marche, moins qu’el tiète al est bancale

Savez j’in conno pu d’un
Qui’o mis ses brodequins
N’sachant pas du aller.
D’autes gins y’o rincontré
Des dunes et des montanes y’o grimpé
Et in s’rapprochant du ciel
S’vie n’étot pu parel
Comme el’rouche solel su l’mont Moïss’
Comme el leumière par chés vitraux d’nou égliss’
Tout dev’not pu clair
I savot chu qui’avot à faire

Alors insan’ne, z’allons pinser à saint Crépin
Z’allons partager un queunion d’pain
Nous rél’ver, mette nous cauchures et avancher
Pour aller nous tiète atrouver.

Philippe Vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *