Lillers: le ras-le-bol des parents d’élèves de l’école des Sources

Trop longtemps que ça dure. Depuis mardi18 janvier, une affiche a été apposée sur la grille de l’école des Sources à Manqueville. Corps enseignant et parents d’élèves décrivent une situation intenable dans l’établissement: “Les conditions d’accueil de nos enfants sont: température du dortoir 9 degrés. Classe maternelle 11 degrés. Classe CP-CE1 12 degrés. Classe CE2, CM1, CM2 13 degrés”.

En cause, une panne de chauffage qui pourrit la vie de tout le monde depuis le mois de décembre. “Ça tombe systématiquement en panne, déplore Matthieu Devaux, président de l’association des parents d’élèves. Le professionnel mandaté par la Ville remet en route le système, et ça retombe en panne. On ne jette la pierre à personne, mais on aimerait être entendu”.

Ça ne peut pas attendre le mois de mars”.

Matthieu Devaux

Matthieu Devaux souhaite que les choses changent rapidement, mais il se heurte à un discours qui commence sérieusement à lui hérisser le poil pour être poli: “Nous avons contacté la mairie, et j’assiste aux conseils d’école. Les problèmes sont connus mais rien n’est fait. On a mis en avant la dangerosité du préau au point qu’on se demande s’il ne va pas s’effondrer, on a mis le doigt sur le revêtement du sol, les problèmes de sécurité routière aux abords de l’école (un panneau est dans le fossé depuis 3 mois), et là ce problème de chauffage. On nous répond que c’est pas facile, que des choses seront faites, que ce sera discuté au conseil municipal du mois de mars. On sait que ce n’est pas facile, mais là c’est urgent, ça ne peut pas attendre le mois de mars. Ça ne peut même plus attendre la semaine prochaine. Ça va retomber en panne on le sait, et ce tant que la problématique ne sera pas prise à bras le corps.”

Il faut quoi pour que ça bouge”?


Dans les propos du Lillérois, un sentiment d’abandon, ressenti par les usagers de l’école, et au-delà, par les habitants du hameau. “C’est un autre problème, mais regardez l’accès à Manqueville. C’est hyper dangereux, comment font les enfants du hameau pour accéder au centre-ville? À pied? Il n’y a pas de trottoir, même sous le pont, en plein virage. À vélo? Il faut vraiment être fou. Pourtant j’aimerais bien que mon gamin aille au collège àdeux-roues. Mais là c’est inconscient. Là encore on sait que ça n’est pas facile, et que la mairie n’a pas les marges de manœuvre qu’elle aimerait avoir. Mais il faut quoi pour que ça bouge? Encore une fois on ne vise personne, mais il y en a ras-le-bol de ce système où on nous dit qu’on comprend, mais que rien ne se fait. ” Le message est passé. C.V. – Votre Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *