Classé dans | A la Une, Culture

Semaine culturelle à Lillers : de la popularité à la confidentialité

Publié le 26 janvier 2018 par Administrateur

Les images de Pays noir, pays rouge, nous renvoient à ce que nous avons vécu dans nos communes… Un chevalement qui tombe, un haut fourneau qui explose… ici à Isbergues.- Photo archive © PVC

Après la soirée d’ouverture, éloge à Jacques Brel et Cambrinus avec l’harmonie Fanien (lundi), la carte blanche laissée aux élèves et professeurs de l’école de musique municipale et à la fanfare de Rieux (mardi) ; la représentation des collégiens et des jeunes de l’atelier municipal (mercredi), la semaine culturelle se poursuivait hier avec la projection d’un documentaire de 1975 « Pays noir, pays rouge ».
Alors que les trois premières soirées avaient attiré bien du monde, celle-ci est restée confidentielle. Non pas qu’elle était difficile d’accès mais en la circonstance, il n’y avait personne (aucune petite tête blonde) à applaudir sur scène… Juste un film, aux images vieillies, sur le thème de la désindustrialisation du bassin de Charleroi… Vieux film qui n’a pas pris une ride. Comment dire ? Un film miroir pour nous, gens du Pas-de-Calais, des bassins miniers et de la sidérurgie, qui avons vu souffrir nos ouvriers, combatifs et solidaires sans pouvoir empêcher les morts programmées de nos industries… Pour nous qui avons vu exploser nos hauts fourneaux et tomber nos chevalements sur des carreaux de fosses où, quelques années plus tard, ont poussé les grandes surfaces : illusion du bonheur de la consommation. Ce film aurait mérité d’être vu ne serait-ce que pour mesurer à quelle vitesse a avancé le temps. À défaut de faire rire, il aurait pu faire réfléchir ? Dommage. Nul doute qu’il y aura plus de monde pour la déconnade de Dikkenek programmée ce soir, film à sketches parfois un peu gras, que la critique a loué… ou détesté.

Pays noir, pays rouge… Celles et ceux qui auraient le sentiment d’être passés à côté de quelque chose peuvent se rattraper en visionnant le film sur youtube

Ecrire un commentaire

Advertise Here
Advertise Here