Saint-Venant athlétisme: en pleine croissance mais pas sans douleurs

Au fil des années le Saint-Venant athlétisme a pris place parmi les clubs de sport les plus en vue du territoire. Fort de ses quelque 275 licenciés dont une vingtaine de Lillérois, il obtient des résultats plutôt flatteurs que le président Bruno Ducrocq n’a pas manqué de rappeler jeudi dernier lors de l’assemblée générale du club : cinq athlètes qualifiés pour les championnats de France de cross, deux en salle, trois sur route et deux jeunes sur piste plein air auxquels il faut encore ajouter ceux retenus pour les Pointes d’or (2) et le Critérium national de la marche (3).

Parmi ces athlètes qui ont réalisé d’excellentes performances et qui ont été gratifiés par leur club en toute fin de réunion, quatre sont de Lillers : Stéphane Bossart, Lucas Rosiaux, Jeanne et Naïs Ivain (notre photo).
Lucas Rosiaux a participé aux championnats de France de cross et du 10 km; Stéphane Bossart à ceux de cross. Jeanne Ivain qui est montée sur les podiums des championnats départementaux et régionaux du 200 m haies (3e) et du javelot (2e), qui est championne départementale et vice-championne régionale des épreuves combinées, est sélectionnée pour participer au stage Horizon 2028. De même pour sa sœur Naïs qui est championne départementale et régionale du 2000 m marche minime, championne départementale du triathlon et vice-championne régionale du 50 m haies et du triathlon.

Club organisateur
10e club départemental, 40e régional et 414e national (sur 1987 classés), le Saint-Venant athlétisme voit chaque année son rayonnement s’élargir. Cela se traduit par la présence au club de nombreux athlètes issus de toutes les communes du territoire et par une sollicitation de plus en plus fréquente pour apporter un concours technique à l’organisation de diverses courses hors stade : Busnes, Robecq et Calonne (épreuves sur route), Burbure depuis 2017 et Lillers à partir de cette année (courses nature). La preuve du sérieux de ce club qui organise aussi ses propres épreuves (indoor, cross et sur route) et répond régulièrement aux sollicitations du comité départemental. Ce sera encore le cas cette année avec la Chti’te nordique, concentration de marche nordique, fin mars à Burbure ; les Olympiades jeunes à Saint-Venant en mai ; et le 1er championnat départemental du 5 km, dans le cadre des Foulées saint-venantaises, fin décembre, quelques jours seulement avant le championnat départemental de cross en janvier 2020.

Manque d’espace
Ainsi développé, le bilan d’activité du club « peut paraître excellent », pour reprendre les propos du président Bruno Ducrocq. Pourtant celui-ci n’est pas totalement satisfait de la tournure des choses. Présent sur le terrain du sport compétition, fortement présent aussi dans le registre du sport santé, il est peut-être devenu trop important pour la seule commune de Saint-Venant, et cela en dépit du couloir ajouté à la salle de sports du collège, il y a quelques années.
Pas de piste pour s’entraîner : il faut aller sur la voie publique. Pas de salle non plus (en tout cas digne de ce nom) pour les activités de pilates et plus largement de sport santé… « Nous manquons d’espace et de confort », regrette Bruno Ducrocq. La prise de conscience est là, mais de là à ce que quelque chose se concrétise, c’est encore bien flou, confesse le président. Dans un courrier adressé aux élus saint-venantais en novembre dernier, il attire l’attention sur le fait qu’il y a peut-être une opportunité à saisir dans le cadre des Jeux de Paris 2024. La Région, le Département mettent en place, avec des financements à la clef, des programmes dans lesquels il est sans doute encore possible de s’inscrire mais il faut maintenant faire vite.- Philippe Vincent-Chaissac / Votre Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *