Classé dans | A la Une, Vie des cités

Municipales 2020: Michel Rose sera candidat à la mairie de Lillers

Publié le 28 mars 2019 par Administrateur

Rares sont celles et ceux à Lillers qui savent… Alors l’annonce va immanquablement faire l’effet d’une bombe. Michel Rose conduira une liste aux prochaines élections municipales. Une liste qui a déjà un nom : Lillers, le renouveau.

L’homme est bien connu dans la ville dont il a été le percepteur pendant 17 ans. Il y habite depuis 42 ans et s’est impliqué dans la vie associative, ayant notamment été président de l’AS Lillers. De par la profession qu’il a exercée, c’est évidement un spécialiste de la gestion des collectivités et il entend bien mettre son expérience au service d’une ville qu’il aime… « Si ce n’était pas le cas, j’en serais parti depuis longtemps ».
Les finances sont évidemment son domaine de prédilection. Pas question pour lui de faire le procès du passé et il sait combien il est difficile aujourd’hui, d’obtenir des financements. « Je n’attends rien du ciel », explique-t-il. Alors, avant de vouloir faire des promesses qui ne pourraient être tenues, il veut une analyse financière rétrospective de la ville, faite par les services de la trésorerie municipale. Qu’elle soit présentée par le receveur et que rien ne soit caché. Pour lui, Lillers doit essayer de revenir à un meilleur autofinancement et diminuer les dépenses inappropriées. Lillers a besoin d’un maire à temps plein, pouvant s’appuyer sur une équipe d’élus disponibles et sur une direction générale des services qui tienne toute sa place. « Le ou la DGS est un maillon essentiel », dit-il.

Retrouver une ville dynamique, propre et sécurisée
Michel Rose a connu une ville dynamique, propre et sécurisée. Il veut la retrouver, en s’appuyant sur une police municipale qu’il veut créer. « Cela a un coût », concède-t-il, mais pour lui, il faut en passer par là. Elle devra être constamment présente sur le terrain, pour sécuriser… et contribuer à la propreté de la ville.
Parmi ses projets, il veut des liaisons douces (chemins piétonniers, pistes cyclables), une navette entre les hameaux et le centre-ville (au moins le jour du marché). Pour lui, la restructuration du marché qui a été faite, est une bonne chose mais il veut aller plus loin : mettre davantage d’animation dans le centre-ville en redynamisant la braderie, en y remettant une brocante, en organisant une journée Lillers, ville ouverte, en restructurant la place Salengro (s’il y a moyen techniquement et financièrement). Michel Rose dit encore son attachement au Brûle qui doit être préservé de nouvelles constructions, valorisé, et sécurisé…

Qu’en est-il du musée de l’Écriture?
Lillers a dépassé le cap des 10 000 habitants. Pour Michel Rose, l’important aujourd’hui n’est pas d’en avoir plus mais de ne pas en perdre. Alors il faut une ville agréable à vivre d’où son attachement à la vie associative, à la qualité du patrimoine (une de ses passions) pour lequel il veut un élu référent, à la vie culturelle. Michel Rose pose la question du musée de l’Écriture. Qu’en est-il de la collection, du bâtiment ? N’y a-t-il pas là matière à travailler avec la Communauté d’agglomération de Béthune-Bruay ? À propos, la collaboration avec la communauté d’agglo, il la veut fructueuse, sans fiscalité débordante. Et de regretter qu’il n’y ait pas de vice-présidence pour un élu du canton de Lillers.

Pour l’heure, Michel Rose travaille à la constitution de sa liste. Il sait pouvoir compter sur quelques soutiens et déjà quelques personnes se rangent derrière lui et se mettent en ordre de bataille… Des gens d’expérience et des jeunes (le plus jeune a 22 ans). Pour lui, comme pour d’autres, il lui faut trouver des femmes mais il se montre confiant. À 73 ans, il affiche tout son dynamisme : « J’aurais voulu avoir dix de moins, dit-il, mais je suis en bonne santé et bien entouré ». Il sait aussi ne pas avoir d’ennemis. Alors rien ne l’empêche d’afficher son idéal pour la ville.- Philippe Vincent-Chaissac / Votre Info

Ecrire un commentaire

Advertise Here
Advertise Here