Classé dans | A la Une, Portrait

Lillers: Vincenzo Pruvost veut faire de son rêve une réalité

Publié le 20 novembre 2017 par Administrateur

Vincenzo Pruvost. Un petit gars de 20 ans originaire de Valenciennes arrivé à Lillers à l’âge de 7 ans. Un petite jeune bien gaulé, coiffure et style très soignés, sourire parfait. Vicenzo a un peu galéré, et n’a pas peur de le dire: « C’est mon histoire, mon parcours ». C’est peut-être aussi ce qui a forgé son mental. Sixième enfant d’une fratrie de neuf, le petit Lillérois n’aime pas l’école, pas du tout. « J’étais à Jacques-Prévert, je ne faisais jamais mes devoirs. Je passais mes journées et mes soirées au city-stade. Un jour l’assistante sociale a convaincu ma mère de me mettre en internat. » Il  est en classe de CM2, et chaque lundi matin, vers 5 h, il prend le train à la gare de Lillers pour Saint-Pol-sur-Ternoise, via Béthune. Il demeure interne jusqu’en classe de 5e. « On m’a accepté au collège Léo-Lagrange en 4e, j’avais plein de copains, mais pas forcément de bonnes fréquentations… » Retour à l’internat, mais à Fruges cette fois, où il réussit à se faire virer. Retour à « Léo » en cours de 3e, puis direction le LP Flora-Tristan à Lillers: « Il n’y avait pas d’autre choix que d’aller là. On m’a inscrit en maçonnerie, mais je n’aimais pas ça. Je me suis fait viré de là aussi. »

Vincenzo a 16 ans, et ne sait franchement pas quoi faire de sa vie, à part jouer aux jeux vidéo. D’une apparence négligée, un peu enrobé, il rate le peu qu’il entreprend. L’armée ne veut pas de lui non plus. « Je savais que je ne voulais pas faire un métier normal. Un jour j’étais avec une amie en train de regarder une émission de télé-réalité, et je lui ai dit « tu vois, un jour, je serai là ». Elle s’est moquée de moi, elle m’a dit que ça n’était pas pour moi. » Un déclic. Vincenzo veut prouver qu’il est capable. Il se met à courir, tous les jours, à prendre soin de son apparence. Il se met à la musculation… et à se filmer en direct sur Facebook. Le garçon se métamorphose: « Au départ, je me filmais en train de faire des séances de muscu. Après je lançais des conversations en direct, on parlait de tout avec mes amis Facebook ». Des amis virtuels, et il le sait. Des centaines de followers qui observent de près tout ce qu’il publie, et commentent. Vincenzo a la cote, et franchit un nouveau cap en devenant animateur péri-scolaire. Une première formation, le Bafa, et une première expérience professionnelle concluante, enfin… Et il continue ses directs. Jusqu’à ce jour du mois d’août où un mystérieux producteur le contacte via le réseau social Facebook: « Il m’a dit que j’avais de la prestance, que je l’intéressais pour une émission de web télé-réalité. J’y croyais pas du tout. Alors il m’a appelé. » Quelques semaines plus tard, Vincenzo débarque à Paris, paniqué. C’est là qu’il rencontre physiquement ce fameux producteur. Avant de rentrer à Lillers, plein d’espoirs, il signe un contrat de droit à l’image pour une émission au concept tout à fait nouveau, dont le tournage se déroulera en décembre.  Aujourd’hui, le jeune homme sait ce qu’il veut: devenir modèle photo. Il en a les moyens, et c’est tout le mal qu’on lui souhaite. A.Top

2 Commentaires pour cet article

  1. Joly Says:

    Fonce mon p’tit gars ne laisse pas Lillers t angloutir

  2. garbe Says:

    Bonjour, je te suis depuis le début et je suis de tout cœur avec toi, tu va allé très loin t’es génial
    Bisous mon poto

Ecrire un commentaire

Advertise Here
Advertise Here