Lillers: Retour sur l’élection de Carole Dubois à la tête de la ville [diaporama]




Même si son élection s’inscrit dans une forme de continuité politique, Carole Dubois entre dans l’histoire de Lillers en étant la première femme à s’asseoir dans le fauteuil majoral depuis Germaine Duez (1945-1947). Militante depuis ses plus jeunes années, ce n’est finalement qu’une suite logique des choses que seule l’alternance démocratique aurait pu empêcher. Il n’en a pas été ainsi, avec une victoire sans contestation possible, de la liste qu’elle conduisait. Installée par Lucien Andriès, maire honoraire et doyen de l’assemblée qu’elle a toujours accompagné, elle succède à Pascal Barois qui, ce dimanche 5 juillet dans la matinée, après avoir accueilli le nouveau conseil municipal, est redevenu simple citoyen engagé. Un citoyen né à Lillers, une ville où il a grandi et où, pour reprendre son propos, il commence à vieillir.
Après la proclamation des résultats (22 voix pour, 7 abstentions), Carole Dubois s’est dit consciente de l’ampleur de la tâche qui l’attend, prenant la charge avec autant de gravité que d’enthousiasme. Sa volonté de servir, la ville, la population, est sans aucun doute ce qu’il faut retenir de son propos qui s’est voulu apaisant vis-à-vis d’une opposition qui, en toute fin de séance, s’est d’abord affichée comme constructive, d’après les propos de Christophe Flajollet, avant d’effectuer une première charge en suspectant la maire élue, de vouloir instaurer « une démocrature », Franck Breemersch s’étonnant au passage que Lucien Andries, pourtant en 5e position sur la liste, ne soit pas adjoint.

Huit adjoints dont cinq nouveaux
Car après l’élection du maire, de la maire, c’est à l’élection des adjoints que les conseillers ont été invités à procéder selon un scrutin de liste où dans l’ordre figuraient Michel Dassonval (qui occupera donc le poste de 1er adjoint), Maryse Margez, David Verkempinck, Régine Merlin, Bruno Westrelin, Cathy Moreau, Patrick Carlier, Claudine Delannoy. Il n’y a eu aucune surprise, toutes et tous ont été élus avec 22 voix pour… et 7 votes nuls. On notera au passage que sur ces huit adjoints, cinq accèdent pour la première fois à ce niveau de responsabilité. Sans doute faut-il comprendre que Carole Dubois n’a pas l’intention de s’inscrire dans une seule forme de continuité. Elle entend bien peser et faire évoluer la ville. Dans les domaines de la vie économique, des déplacements, de l’environnement, de l’habitat, il y a des défis à relever et des batailles à mener. La lutte contre l’habitat indigne, source d’incivilité, ne sera pas la dernière. Sans oublier l’animation, la culture, le sport, les loisirs qui doivent permettre de cultiver ce « vivre ensemble » auquel elle est attachée, la solidarité restant le socle de toute les politiques qu’elle entend mettre en œuvre.

Que Lillers soit d’avantage considérée
Dans son propos, Carole Dubois a aussi insisté sur son attachement aux services publics (essentiels à ses yeux), l’une des richesses de Lillers, ville à la campagne, qui doit être davantage considérée par le territoire comme un véritable pôle d’attractivité. Voilà qui donne le ton des six années qui viennent : « Dans la confiance, le partenariat, la proximité et la concertation » dont elle fait son credo et que l’opposition appelle de ses vœux. Reste à toutes et à tous, à se mettre au travail, à organiser l’action municipale dans un contexte sanitaire qui n’est pas sans quelques inconnues et auxquelles il faudra faire face.
Ph. V.-C., Votre Info


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *