Lillers: dominatrice, jalouse et violente…

« Cette affaire est d’une banalité absolue », indique Me Bruno Dubout, avocat de la défense, dans sa plaidoirie, vendredi 11 mai au tribunal de Béthune. Sauf que dans ce dossier de violences conjugales, c’est le mari qui en est la victime, « et en général les hommes ne déposent pas plainte » ajoute t-il. C’est l’histoire pas très jolie d’un couple résidant à Lillers. D’après les déclarations de monsieur, de ses parents, et de nombreux témoins, l’épouse, âgée de 32 ans, l’insulte, l’humilie, le frappe, ne supporte pas qu’il puisse sourire à une collègue de travail, qu’il ne lui donne pas d’argent, le prive de sa carte bancaire. Face au tribunal correctionnel de Béthune, la prévenue déclare qu’elle ne l’a frappé qu’une seule fois, conteste toutes les autres accusations. La présidente décrit certaines scènes, où lors d’une soirée arrosée, des amis les ont séparés, alors qu’elle s’acharnait sur lui. Un autre jour, c’est le père de la victime qui intervient. Où lorsqu’elle le suspecte d’avoir une relation extra conjugale, elle envoie un texto à une amie « c’est mon mari, il m’appartient ». Étonné de la voir frapper son époux, une autre témoin reçoit un message, « oui je frappe mon mari, cela ne te regarde pas, tu es une étrangère ». Enfin, le magistrat termine: « lors de votre audition face aux policiers, vous avez dit, de toute façon il n’a pas de c… ». La jeune femme, maman de deux enfants, dément. La présidente du tribunal se laisse le temps de la réflexion. Le jugement a été mis en délibéré au 18 mai prochain. 62190.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *