Le maire de Lespesses veut mettre l’agglo au centre de la campagne des municipales




Ses propos, formulés lors de la cérémonie des vœux à la population de Lespesses, dimanche 12 janvier, ont fait l’effet d’une traînée de poudre. Non, Arnaud Picque, maire du village, n’a pas annoncé sa candidature à la présidence de la communauté d’agglomération. « J’ai simplement dit que c’est en réflexion. Je pourrais en effet être le président de la ruralité, mais ce que j’ai surtout dit, c’est que c’est le bon moment pour y penser. Nous sommes en campagne pour les municipales, il est temps de mettre l’agglo au centre de cette élection. » Nous voilà rassurés, Arnaud Picque, socialiste convaincu, n’est pas en campagne contre l’actuel président, un autre socialiste confirmé, Alain Wacheux.

Quand on parle de la communauté d’agglomération, c’est de façon négative. Il faut en parler positivement. »

D’ailleurs le maire de Lespesses ne manque pas de louer le travail entrepris par l’ancien maire de Bruay-la-Buissière et « sa patience au moment de former cette grande communauté d’agglo il y a maintenant trois ans. Patience que je n’aurais peut-être pas eu », concède le premier magistrat lespessois. Alors pourquoi une telle allusion? « Parce que je trouve qu’on ne parle que trop peu de la communauté d’agglomération dans cette campagne, alors que c’est là que toutes les décisions importantes sont prises. Il ne faut pas oublier que lors des élections municipales, on vote également pour les conseillers communautaires. Quand on parle de la communauté d’agglomération, c’est de façon négative. Il faut en parler positivement. »

Plus de la moitié des fonds de concours est attribuée à des communes rurales, pour des projets qu’elles ne pourraient pas supporter seules. »

Pour en revenir à cette vraie-fausse annonce selon laquelle Arnaud Picque serait candidat à la présidence de l’agglo, ne faut-il pas lire entre les lignes? « C’est en réflexion, martèle-il. J’ai envie de parler de l’agglo. J’ai envie de la mettre en avant. Il ne faut pas oublier que nous allons bientôt définir un projet de territoire. On pourrait imaginer un pôle ruralité, car les communes rurales que je représente ont des problématiques, des spécificités qui leur sont propres. Il ne s’agit pas d’opposer rural et urbain. Le travail fait par Alain Wacheux n’a jamais été en ce sens d’ailleurs, ce qu’il a fait est remarquable. Il faut rappeler que  plus de la moitié des fonds de concours est attribuée à des communes rurales, pour des projets qu’elles ne pourraient pas supporter seules. » Président d’un nouveau pôle de la ruralité au sein de la Communauté d’agglomération Béthune-Bruay Artois-Lys romane alors? Allez savoir. Avant d’en arriver là, il faudra de toute façon passer par la case municipale. Chaque chose en son temps. Et ce n’est pas Arnaud Picque qui dira le contraire. A. Top, Votre Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *