Coronavirus : quelques nouvelles de nos amis de Marsberg




Confinés, nous nous en remettons aux actualités télévisés pour connaître la situation dans les autres pays. Nous avons contacté Geneviève et Karl-Heinz Berger, deux maillons forts du jumelage entre Lillers et Marsberg. Outre-Rhin, la gestion de la crise sanitaire ne semble pas tout à fait la même qu’en France. Les tests de dépistage sont effectués plus tôt, mais le confinement ressemble beaucoup au nôtre, à en croire nos amis : « Personnellement, nous sommes pratiquement confinés, mais nous le faisons de nous-mêmes. Nous avions prévu quelques jours de vacances dans un gîte au bord de la Baltique mais tous les touristes ont dû rentrer chez eux. Nous aussi! Les régions touristiques ne sont pas équipées pour soigner beaucoup de personnes… En rentrant, nous avons décidé – le 18 mars – de rester chez nous et d’éviter les contacts. En Allemagne, en général, il n’y a pas de confinement mais ce qu’on appelle « Kontaktsperre » [Contacts bloqués, NDLR], cela depuis lundi 23 mars. Cela veut dire qu’on peut sortir, mais seulement à deux personnes au plus, sauf dans un groupe, une famille qui vit ensemble. Nos enfants par exemple peuvent faire des promenades avec leurs enfants. »

200 euros d’amende si on est en groupe de plus de deux personnes »

Comme en France, toutes les activités publiques sont annulées. « Les magasins, restaurants et cafés sont fermés. Seuls les magasins d’alimentation et les pharmacies sont ouverts. Les entreprises fonctionnent, mais doivent respecter certaines précautions. Les visites à l’hôpital et dans les maisons de retraite sont interdites et les écoles sont fermées depuis le 16 mars.
La mairie n’est plus ouverte au public et les employés sont répartis dans des bureaux individuels, par exemple dans les salles de classe désormais vides! » En cas de transgression, même combat qu’en France, bien que les amendes sont un peu plus élevées : « Si on ne se conforme aux règles, il y a contravention. Par exemple 200€ par personne si on se trouve en groupe de plus de deux personnes, ou 250€ si on fait un pique-nique ou un barbecue en plein air ». Dans la presse locale, le 25 mars, on faisait état de 160 cas positifs dans le Sauerland (la région de Marsberg), un « land » qui compte un peu plus de 262 269 habitants. Onze sont hospitalisés. Aucun cas n’est recensé à Marsberg pour le moment.

Il manque aussi des masques et du gel. Notre belle-fille qui est interne à Paderborn nous a dit qu’il en manquait déjà avant. »

Pour le manque d’équipements de protection, la situation semble équivalente à celle de l’Hexagone : « Il manque aussi des masques et du gel. Notre belle-fille qui est interne à Paderborn nous a dit qu’il en manquait déjà avant. Par contre, la ville de Wuhan en Chine a envoyé 10 000 masques à l’entreprise Hoppeke Batterien située entre Marsberg et Brilon. Il s’agit d’une grande entreprise qui construit toutes sortes de batteries et qui a une usine à Wuhan. L’entreprise a donné 7500 masques à la ville de Brilon. » Au regard des actualités, nous avons le sentiment que la situation semble mieux gérée en Allemagne, le nombre de morts étant beaucoup plus faible – le taux de létalité en Allemagne est actuellement, et officiellement, de 0,3 %, contre 3,6% en France et 8,5% en Italie – Geneviève et Karl-Heinz Berger sont mesurés sur ce point : « C’est trop tôt pour le dire! Il faut encore attendre quelques jours pour voir si les consignes font effet. » A.Top, Votre Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *