Classé dans | Culture

C’était au Palace à Lillers… reste ichi et n’aie pon peur

Publié le 27 novembre 2017 par Administrateur

« Les comédiens, dit la programmation, nous font revivre des angoisses d’enfance ou des grandes frousses. Celles de l’anxieux à l’effarouché, du pleutre au timide, du lâche à l’inquiet. Des Frayeurs racontées avec un humour grinçant, frisant l’absurde ». Le tout en patois, en picard plus exactement, celui que parlent les anciens et que ne comprennent presque plus les jeunes. Papy, mamie peuvent encore traduire. Mais après eux…
Christiane Calonne, Jacques Dupuich et la Compagnie du Reste ici entretiennent encore la flamme, ed’ peur sans doute, qu’un jour tout cha, cha disparaisse. Lu dernier spectac, ch’est justemint des histoires ed’ peur.
Et quand in est prin d’peur, in n’sait pon qu’mint qu’in peut ête… In s’rinfeurme, in d’vient méquant, in vo à l’d’risse… Pi in peut avoir peur ed gramint d’affaires. Des histoires eq’ marraine al’ racontot su la guerre 14, ed tous ches gins qui mourotent broyés, ébarzillés, infonçés dins l’berdoule… à faire fair’ des cauchemars à ches jônes qui s’lèvent un jour aveuc un fusil (in bos ?) dins leu mains. Ou ch’l’histoire ed Marie Grauette qui s’muchot dins chés marais (du côté d’Lillers, Burbure, Fontes)… Peur ed’madame la mort qui passe et qui rapasse, qu’on attind et qui frappe (un jour) sans jamais qu’on l’voche. Peur ed mon’onc’ Robert, dé ch’Diap ou dé ch’gros René. Peur ed’ l’aute aussi, dé ch’l’étringer à qui in freume es porte pace que l’rumeur al dit d’li qu’i’est pon com’ nous z’autes.
Dins leu spectac’, Christiane Calonne et Jacques Dupuich qu’iétotent ch’diminch chi au Lillers Palace, ont babélé pendant eune heure et d’mi, d’vant 80 personnes, su leu z’histoires ed’ Saisissemints. Et in’n’a gramint à dire. Texte et photos: Philippe Vincent-Chaissac, Votre Info


 

Ecrire un commentaire

Advertise Here
Advertise Here