Archive | Histoire

« Effondrements et reconstructions à la collégiale de Lillers »

Publié le 21 septembre 2019 par Administrateur

Samedi 21 septembre 2019, dans le cadre des journées européennes du patrimoine, l’association des amis du patrimoine lillérois vous invite à une conférence qui s’annonce passionnante : « Effondrements et reconstructions à la collégiale de Lillers ». Passionnante, car l’édifice relève de l’exceptionnel. Plus importante église romane au Nord de Paris, la collégiale souffle ses 900 bougies… oui, 900 ! La conférence se tiendra à 18h, place de l’Église, est sera le point de départ d’un week-end consacré à la collègiale Saint-Omer de Lillers. Samedi soir, Bruno Danel-Marcé sera à la manœuvre de la conférence. Doctorant en histoire de l’art à l’université d’Amiens, l’homme établi à Lille, est un Lillérois de naissance. La collégiale fait partie intégrante de son histoire : « La collégiale de Lillers a d’ailleurs été mon sujet de thèse, explique l’intéressé. Je participe depuis quelques années aux journées du patrimoine, en faisant des expositions et des visites guidées. »
Deux effondrements
La conférence qu’il tiendra samedi 21 septembre se focalise sur deux épisodes marquant de l’histoire de l’édifice religieux : « Les deux accidents de l’église. Celui de 1919, après la guerre, et, plus récent, celui de 1971. Nous reviendrons largement sur ces événements, et sur la façon dont la collégiale a été reconstruite, dans le respect de la Charte de Venise [charte qui encadre la restauration des monuments historiques, NDLR] ». Dimanche 22 septembre, une exposition et des visites guidées sont également organisées, de 14 à 18h. Une belle occasion de découvrir ou redécouvrir l’histoire de ce monument emblématique de la ville. A.Top, 62190.fr
Rejoignez l’événement Facebook en cliquant ici

Commentaire (0)

« Effondrements et reconstructions à la collégiale de Lillers », samedi 21 septembre

Publié le 14 septembre 2019 par Administrateur

Archives des Monuments historiques.

Samedi 21 septembre 2019, dans le cadre des journées européennes du patrimoine, l’association des amis du patrimoine lillérois vous invite à une conférence qui s’annonce passionnante : « Effondrements et reconstructions à la collégiale de Lillers ». Passionnante, car l’édifice relève de l’exceptionnel. Plus importante église romane au Nord de Paris, la collégiale souffle ses 900 bougies… oui, 900 ! La conférence se tiendra à 18h, place de l’Église, est sera le point de départ d’un week-end consacré à la collègiale Saint-Omer de Lillers. Samedi soir, Bruno Danel-Marcé sera à la manœuvre de la conférence. Doctorant en histoire de l’art à l’université d’Amiens, l’homme établi à Lille, est un Lillérois de naissance. La collégiale fait partie intégrante de son histoire : « La collégiale de Lillers a d’ailleurs été mon sujet de thèse, explique l’intéressé. Je participe depuis quelques années aux journées du patrimoine, en faisant des expositions et des visites guidées. »
Deux effondrements
La conférence qu’il tiendra samedi 21 septembre se focalise sur deux épisodes marquant de l’histoire de l’édifice religieux : « Les deux accidents de l’église. Celui de 1919, après la guerre, et, plus récent, celui de 1971. Nous reviendrons largement sur ces événements, et sur la façon dont la collégiale a été reconstruite, dans le respect de la Charte de Venise [charte qui encadre la restauration des monuments historiques, NDLR] ». Dimanche 22 septembre, une exposition et des visites guidées sont également organisées, de 14 à 18h. Une belle occasion de découvrir ou redécouvrir l’histoire de ce monument emblématique de la ville. A.Top, 62190.fr
Rejoignez l’événement Facebook en cliquant ici

Commentaire (0)

Lundi 4 septembre 1944: Lillers est libérée après de féroces combats

Publié le 04 septembre 2019 par Administrateur

Des funérailles nationales sont organisées à Lillers, sous un déluge de vent et de pluie. Coll. Votre Info / Lesur

Le dimanche 3 septembre 1944, l’armée britannique pénètre dans la ville de Lillers. Avec le soutien sans faille des FFI, les alliés tentent de mettre fin à l’occupation de la ville par les Allemands. Des combats font rage dans toute la ville. Le capitaine Ansart, héroïque, fait partie des victimes. « Durant toute la soirée et pendant toute la nuit (du 3 au 4 septembre 1944), le secteur des rues de Saint-Venant et d’Aire est bombardé d’obus incendiaires… Les maisons flambent, le ciel est rouge. Les vaillants pompiers essayent d’enrayer le fléau…

Lillers enfin libérée
La population ne se doute pas du danger qui l’a menacée durant ces heures. Lillers aurait pu être totalement anéanti et ses habitants livrés à la fureur de l’ennemi! Grâce aux courageux FFI et aux renforts alliés qui le lundi procèdent à un bombardement nourri et à un nettoyage serré du Bois Pigouche, l’ennemi est enfin réduit à la retraite! Cette fois, on peut remettre les drapeaux ! Lillers est libérée!
Mais cette libération a malheureusement coûté la vie de 24 des nôtres dont l’héroïque capitaine Ansart et 14 FFI et 9 victimes civiles assassinées par les Allemands ! Et cette liste tragique devait s’accroître encore dans les jours qui suivirent par de nouveaux morts des suites de leurs blessures! Des funérailles nationales organisées par le Comité de libération de Lillers se déroulent le jeudi, sous une pluie battante, mais au milieu de milliers de personnes de la ville et des environs, venues apporter l’hommage de leur reconnaissance et de leur admiration aux glorieux morts tombés pour la libération de leur cité.

Dernier adieu « sous un ouragan de vent et de pluie »
Une magnifique chapelle ardente a été érigée dans la salle du Théâtre où les cercueils disparaissent sous les drapeaux et les fleurs! Longtemps la foule défile pour s’incliner devant les corps des héros qui, à 11h, sont transportés sur des chars et des prolonges décorés aux couleurs nationales, jusqu’à l’église… Le cortège est précédé par les sections d’anciens combattants et de prisonniers rapatriés avec leurs drapeaux, la Croix Rouge, l’harmonie Fanien; les familles des chers disparus étaient accompagnées par M.Pinel, sous-préfet de l’arrondissement de Béthune, Mo. J. Rees, prêtre de l’armée britannique, le capitaine Danel, président du comité local, Mme Duez, qui fut avec le capitaine Ansart, l’âme de la Résistance et des FFI dans notre ville, suivis d’une foule innombrable… Après un imposant service funèbre célébré par M. le chanoine Rublin au cours duquel l’harmonie Fanien et les grandes orgues exécutent des marches funèbres, le cortège se rend au cimetière de la ville sous un véritable ouragan de vent et de pluie pour le dernier adieu. D’autres funérailles nationales eurent lieu également le samedi pour deux nouvelles victimes de la libération. »
Extrait du Journal de Lillers, signé Jean Porige, en date du 24 septembre 1944. Source: site internet de l’ADCA.

Commentaire (0)

Dimanche 3 septembre 1944, vers 7 heures, des tanks anglais entrent dans Lillers (1/2)

Publié le 03 septembre 2019 par Administrateur

Des Lillérois posent en compagnie de soldats alliés. Lillers est libérée. Coll. Votre Info / Lesur

Après avoir vécu l’atmosphère enfiévrée des jours qui ont précédé sa libération et subi, déjà samedi après-midi une mitraillade qui fit les premières victimes en ville et l’assassinat de huit patriotes à Rieux, Lillers a traversé les 3 et 4 septembre des heures tragiques. Les premiers tanks anglais entrent dans la ville dimanche 3 septembre vers 7 heures, après quelques moments d’hésitation – personne ne pouvant en croire ses yeux – les habitants les accueillent avec de frénétiques « hourras »! En un clin d’œil la ville se trouve pavoisée de drapeaux français et alliés et de guirlandes, préparées depuis quelques jours! On apporte aux soldats des fleurs et des fruits.

Le Capitaine Ansart tombe en héros
Un premier obus est tiré dans le bas de la Place de la Mairie où des allemands ont été signalés. Immédiatement, les FFI entrent en action de tous côtés, sous les ordres du capitaine Augustin Ansart, chef du secteur des FFI de la région lilléroise; bientôt des prisonniers, bras levés, débouchent de toutes parts. On les conduit, sous bonne garde à l’hôtel de ville où fonctionne le Comité Local de Libération sous le commandement du capitaine Danel.
Vers 10h, on apprend que des Allemands sont retranchés dans un garage de la rue du Rempart, tenant en enfilade la ruelle du Cliquet. Immédiatement, le capitaine Ansart qui depuis les premières heures se dépense avec une autorité remarquable et un dévouement sans limites, se dirige avec ses hommes à l’entrée de la rue du Cliquet pour réduire l’ennemi à l’impuissance. Hélas, une balle l’atteint en plein cœur. Le capitaine Ansart tombe en héros, son corps est transporté à l’hôpital installé à l’école des filles de la rue de Relingue, où déjà des bessés et des morts ont été amenés.

Les combats s’intensifient…
Entretemps la lutte se développe dans toute la ville: rue de Béthune, boulevard de Paris, au Brûle, rue de Cantraine, d’où les FFI triomphent par leur courage et ramènent des centaines de prisonniers. Mais l’ennemi semble se retrancher au-delà des rues de Saint-Venant et d’Aire, le long de la Nave, et au-dessus du passage à niveau de la rue d’Aire, vers le bois Pigouche et les fermes Delvart et Wambergue, où les combats deviennent particulièrement âpres… On redoute le retour de l’ennemi et ordre est donné aux habitants de retirer les drapeaux! Vers 13H, nouvel envoi des couleurs suivi bientôt après d’un second ordre de les retirer…car la bataille fait rage vers la route de Bourecq où des habitants sont sauvagement fusillés! les FFI redoublent de courage et la lutte se poursuit…

Extrait du Journal de Lillers, signé Jean Porige, en date du 24 septembre 1944. Source: site internet de l’ADCA

Commentaire (0)

Lillers: la cérémonie du Centenaire de l’Armistice en images

Publié le 14 novembre 2018 par Administrateur

Dimanche 11 novembre, Lillers a vécu au rythme de la cérémonie commémorative du 11-Novembre. Cérémonie particulière cette année puisque nous fêtions le Centenaire de la fin de la Grande-Guerre. Défilé et dépôt de gerbe à Hurionville, puis à nouveau défilé, plantation de l’arbre de la paix au Parc Trystram, messe du Souvenir et dépôt de gerbe encore au cimetière des Anglais pour le centre-bourg, les Lillérois ont honoré comme il se doit la mémoire des disparus de 14-18. 62190.fr; photos: Isabelle Dallongeville

Commentaire (0)

La cérémonie en l’honneur des soldats indiens morts en 14-18 à Lillers en images

Publié le 09 octobre 2018 par Administrateur

Superbe cérémonie, samedi 6 octobre à l’ancien cimetière de Lillers, en l’honneur des soldats indiens morts au front durant la Grande guerre. Un évènement auquel l’ambassadeur adjoint d’Inde, le sous-préfet de l’arrondissement de Béthune, Nicolas Honoré, la députée Marguerite Deprez-Audebert, et les élus lillérois évidemment ont assisté.  154 soldats indiens sont enterrés à Lillers, décédés dans les hôpitaux de la ville durant la Première guerre mondiale. La cérémonie en images ci-dessous. 62190.fr. Photos: Isabelle Dallongeville

 

 

Commentaire (0)

Une délégation indienne à Lillers samedi 6 octobre

Publié le 05 octobre 2018 par Administrateur

Le cimetière militaire de Lillers dénombre plus de sépultures indiennes.

Un évènement, ni plus, ni moins. Samedi 6 octobre dans la matinée, une délégation officielle indienne d’une vingtaine de personnes sera à Lillers. Parmi elles, l’ambassadeur adjoint d’Inde. Un déplacement organisé à l’occasion de la cérémonie commémorative en l’honneur des soldats indiens morts au front durant la Grande guerre. Elle se tiendra entre 10h et 12h, à l’ancien cimetière de Lillers, rue de Saint-Venant d’abord, puis le cortège d’une quarantaine de personnes (des officiels français seront présents, mais la liste fluctue d’heure en heure) se rendra salle Charles. « Un moment important, pour le maire de Lillers, Pascal Barois. Important au regard du devoir de mémoire, qui plus est dans le contexte de la montée des idéologies nationalistes. » 154 soldats indiens sont enterrés à Lillers, décédés dans les hôpitaux de la ville durant la Première guerre mondiale. A.Top, avec Ph. V.-C.

Le Commonwealth war graves commission s’affairait au nettoyage des sépultures vendredi 5 octobre.

 

 

Commentaire (0)

Lillers / Ham-en-Artois / Ames: journées européennes du patrimoine les 15 et 16 septembre

Publié le 10 septembre 2018 par Administrateur

Les journées du patrimoine sont de retour, comme chaque année, pour découvrir ou redécouvrir gratuitement quelques édifices incontournables de votre région. La collégiale Saint Omer, la maison de la chaussure à Lillers, les églises Saint-Pierre à Ames, et Saint Sauveur à Ham-en-Artois, vous ouvrent leurs portes.
Les horaires :
Lillers, Collégiale Saint Omer, conférence samedi de 18h à 20h et visite dimanche 14h-18h; Maison de la chaussure, dimanche de 15h à 18h.
Ames, Église Saint Pierre, samedi et dimanche de 10h à 18h.
Ham-en-Artois, église Saint Sauveur, samedi et dimanche de 9h à 18h.

Commentaire (0)

Commémoration du 74e anniversaire de la Libération de Lillers

Publié le 02 septembre 2018 par Administrateur

Pour ceux qui souhaitent perpétuer le devoir de mémoire, vous êtes invités à vous rassembler ce dimanche 2 septembre à Rieux, salle polyvalente, à partir de 10h15, puis à Lillers, à l’angle angle des rues de la Haye et des Martyrs, à partir de 11h. Les hommages seront ponctués de défilés et dépôts de gerbes. 62190.fr

Commentaire (0)

De Lespesses aux États-Unis, le fabuleux destin de Paulette Veste (1/3)

Publié le 01 septembre 2018 par Administrateur

14 août 2018, Paulette Gibbens, 90 ans, monte à bord d’un vol long courrier entre Atlanta et Paris. Elle est accompagnée de son fils, Edward, retraité de l’armée américaine. Mère et fils sont en voyage à Laon, en Picardie. Paulette Gibbens, née Veste, vient passer quelques jours chez son frère, Michel Veste. Les deux frères et sœurs ne se sont pas vus depuis 62 ans ! Fou.1954, Paulette Veste faisait le voyage inverse. Elle pensait alors ne jamais revenir dans l’Hexagone. Elle changera d’avis un peu plus de cinquante ans plus tard. L’histoire est belle, et nous avons la chance de pouvoir la raconter, en exclusivité.
Nous sommes en septembre 2011, deux journalistes s’attellent à un travail de fourmi : répertorier l’ensemble des sportifs originaires du Pas-de-Calais qui ont participé aux Jeux olympiques depuis… 1896 ! Le but est de réaliser un dico des JO. Certains noms sont évidents. Micheline Ostermeyer, Guy Drut, Henri Leconte, Henri Duez, Michel Jasy ou plus récemment Nando De Colo, Marie Delattre, Romain Barras, Jérémy Beccu… D’autres beaucoup moins. Le duo de journalistes fait des découvertes quasiment chaque jour. À force de recherches, le plus jeune des deux trouve tout à fait par hasard, sur le Net, une base de données rédigée en anglais, où, à première vue, l’ensemble des personnes ayant participé aux JO sont répertoriées. Et en fouillant encore, il s’aperçoit qu’il est possible d’affiner les recherches par commune. Son aîné s’attache à taper toutes celles du Pas-de-Calais, alors que lui, « se contente » de taper les noms de villes (et villages) proche du bureau. Lillers, Burbure, Auchel… Cauchy-à-la-Tour, Ames, Amettes, Lières. Quand vint Lespesses.
Deux journalistes « sur les fesses »
Là, le jeune rédacteur n’en croit pas ses yeux. Une dénommée Paulette Veste apparaît. Deux participations aux Jeux olympiques, en 1948 à Londres, et quatre ans plus tard, à Helsinki. Deux spécialités : le lancer de poids et le lancer de disque. Un club : la Laonnoise. Et ce lieu de naissance encore une fois. Lespesses. À deux pas de chez eux. Comment se peut-il que ces deux férus de sport n’en ait jamais entendu parler ? Premier réflexe : l’ami Google. Pas grand-chose, mais quelques éléments quand même. Des publications émanant du club d’athlétisme de Laon, qui retracent les exploits de la championne. Des titres de championne de France à la pelle notamment. Derrière elles, un certain Paul Millet, que le journaliste devenu enquêteur s’empresse de retrouver. Passionné par l’histoire de Paulette Veste, il raconte tout ce qu’il sait. Il narre ses exploits, et quelques bribes de sa vie. Paulette Veste a épousé un militaire américain et s’est exilée 10 ans après la seconde guerre mondiale de l’autre côté de l’Atlantique. Pour lui, elle y est décédée récemment, à 82 ou 83 ans. À Laon, la jeune fille aurait aussi remporté un concours de beauté. Le journaliste prend note, et poursuit ses recherches.
Des bouteilles à la mer
Direction les archives départementales de Laon en quête de quelques coupures de presse d’époque. Le butin est maigre, mais des écrits existent. Cap aussi vers la mairie de Lespesses, en espérant dénicher un document, avec des noms, des professions peut-être. Banco ! En mairie, la secrétaire tend un document essentiel. L’acte de naissance de Paulette Veste. Y figurent le nom de ses parents, leurs professions, le nom de ses grands-parents, le nom d’un frère aussi… Et surtout celui de son mari : Quentin Syfrett. En revanche, une information n’y figure pas : la date de décès. L’employée de mairie, un peu amusée par cette visite peu courante, avance une explication rationnelle. Pour arriver en France en provenance des États-Unis, un certificat de décès peut mettre des mois, si ce n’est des années. Dont acte. Mais voilà le journaliste de 26 ans lancé sur deux nouvelles pistes. À la recherche d’un dénommé Michel Veste, dans les environs de Lespesses, en plus de se mettre en quête d’un descendant de Paulette Veste, épouse Syfrett, aux USA. La méthodologie est simple : les Pages blanches, et Facebook. Des heures de recherche : « Monsieur Veste ? Est-ce que par hasard vous êtes de la famille de Paulette ou Michel Veste ? » Une question ressassée sans cesse à laquelle la réponse est toujours « Non, désolé, je ne connais pas. » Sur le célèbre réseau social, la démarche est sensiblement la même. Des tas de messages envoyés à des Mister ou Misses Syfrett de l’autre côté de l’Atlantique, comme des bouteilles à la mer.
« Je viens d’appeler maman, elle est d’accord… »
30 septembre 2011 à 18h37, une certaine Monique Syfrett répond : « C’est ma maman. Comment puis-je vous aider ? Quel type de journaliste êtes-vous ? ». Tout excité, le jeune homme s’empresse de répondre et explique sa démarche. 19h15, nouveau message de Monique Syfrett : « Je viens d’appeler maman, elle est d’accord pour que vous l’appeliez ou lui écriviez. Voici son adresse et son numéro de téléphone ». Incroyable, Paulette Veste est toujours vivante, et plus encore, en bonne santé. 2 octobre 2011, un certain Edward Syfrett répond à son tour : « Oui, je peux probablement vous aider. Pourquoi cherchez-vous des renseignements à son sujet ? Aussi, pouvez-vous nous aider à retrouver notre oncle Michel en France ? » Les échanges se multiplient entre les deux hommes. Edward raconte ce qu’il connaît du passé de sa maman, et toujours, demande des nouvelles de l’enquête, pressé de savoir si son oncle a été retrouvé. Paul Millet, du club d’athlétisme de Laon, a dégoté l’adresse de Michel Veste. Belle avancée. Le 5 octobre, le jeune reporter décroche son téléphone, sa liste de questions bien ancrée sur le bureau. Non sans stress, il compose le numéro de téléphone de l’ex-championne française : « Paulette Veste ? ». Une voix douce lui répond, en français, avec un accent américain prononcé. « Oui, c’est bien moi ». Des semaines de recherches viennent d’aboutir. On a cru un moment qu’elle n’était plus de ce monde. Mais elle est là, à l’autre bout du fil, à des milliers de kilomètres, prête à raconter sa merveilleuse histoire. A.Top

Commentaire (0)

« Lillers d’antan », une exposition-conférence le 12 avril

Publié le 09 avril 2018 par Administrateur

Une exposition – conférence proposée par Yves Marle, le 12 avril à 14h30 à l’Ehpad Les Remparts, « Lillers d’antan ». Salle polyvalente.

Commentaire (0)

Les Allemands aux portes de Lillers

Publié le 26 mars 2018 par Administrateur

Collection: Le Lensois normand

« La bataille de la Lys: les Allemands aux portes de Lillers ». Une conférence proposée par les membres du club de l’histoire de Lillers, animée par Christian Willay, conférencier, et Yves Marle, auteur du diaporama. Vendredi 30 mars, médiathèque municipale Louis-Aragon à 18h30. Entrée gratuite.

Commentaire (0)

Advertise Here
Advertise Here