280 000 € du fonds de concours pour financer le centre administratif

Le regroupement des services municipaux en un site unique, centre administratif, à l’emplacement de l’institution Notre-Dame aujourd’hui démolie, est en marche. En tout cas une étape a été franchie ce lundi 14 octobre, avec la signature du document officialisant l’attribution d’un fonds de concours de la communauté d’agglomération à la ville. Le président Alain Wacheux est venu tout spécialement pour ça à Lillers, reçu dans le bureau du maire, Pascal Barois.

Regroupement des services municipaux
Dans leurs propos, les deux hommes ont souligné le sens et l’importance de ce projet qui répond à plusieurs nécessités. D’abord regrouper les services municipaux aujourd’hui éparpillés dans un certain nombre de bâtiments, certains étant loués, sachant que le symbole que représente l’actuel hôtel de ville sera préservé mais réservé aux réceptions et cérémonies officielles.
Ensuite optimiser la mutualisation des tâches, améliorer les conditions de travail et apporter aux citoyens une qualité de service accrue tout en garantissant l’accessibilité à tous, partout, notamment aux personnes à mobilité réduite. L’hôtel de ville actuel est un « beau bâtiment, mais c’est aussi un peu aussi l’hôtel des courants d’air ». De plus, dans son état et sa disposition actuels, il interdit toute installation d’ascenseur, dit en substance Pascal Barois.

Renforcement de la centralité
La construction de ce bâtiment administratif est par ailleurs l’occasion de s’éviter une friche en plein centre-ville… et une façon de renforcer la centralité de Lillers sur ce morceau de territoire de la Communauté d’agglomération de Béthune-Bruay Artois-Lys romane. Alain Wacheux s’est dit sensible à cet argument. Cette centralité (de Lillers) est « davantage reconnue aujourd’hui, fut-elle secondaire, qu’elle ne l’était auparavant ». Message à peine sous-entendu adressé à certains élus des défuntes communautés de communes (Artois-Lys et/ou Artois-Flandres) qui ne voulaient pas de la fusion avec Artois Com… Ce qui ne les empêche pas, pour certains, d’émarger à ce fonds de concours décidé par le conseil communautaire en 2006 et abondé d’1,5 million d’euros à l’occasion de la fusion… Aujourd’hui tous dépensés.

Des loyers à payer
Concrètement, l’argent attribué soit 280 000 € (420 000 € à charge de la commune) est destiné à cofinancer la première partie de l’opération : à savoir les études techniques, l’assistance à la maitrise d’ouvrage, l’acquisition du site à l’Établissement public foncier qui s’est porté acquéreur de l’institution Notre-Dame… Et la contribution d’avance au bail emphytéotique administratif (BEA), la commune ayant délibéré dans ce sens pour assurer la réalisation de l’équipement. Ce qui veut dit que la commune versera des loyers pour couvrir le remboursement et le financement de l’investissement.
L’espace administratif à construire, rassemblera donc les différents services. Le rez-de-chaussée devrait être consacré à l’accueil du public alors que les deux autres étages envisagés devraient être constitués de bureaux et autres salles de travail. Il y aura bien évidemment le bureau du maire… « Mais ce ne sera pas le mien, dit Pascal Barois, puisque je ne se représente pas ».- Philippe VINCENT-CHAISSAC

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *