Archive | janvier, 2013

Zoom sur Le Sound, nouveau bar à ambiance musicale à Lillers

Publié le 31 janvier 2013 par Administrateur

Pas une rhumerie, ni un bar à cocktails. Le Sound bar affiche certes un cadre qui fleure bon les tropiques, mais l’endroit se veut complétement généraliste, très pro, avec à sa tête un duo qui ne manque pas d’expérience. Jessy Wintrebert et Évelyne Dumoulins, deux visages qui ne sont pas inconnus à Lillers, deux fortes personnalités impatientes de voir grandir le bébé qu’elles ont imaginé il y a trois ans. Le Sound, un espace complétement dédié à la fête, bien encadré et sécurisé dans lequel les deux dames ont beaucoup investi, humainement et financièrement. Toute l’équipe est dans les starting-blocks. Coup de feu vendredi 1er février.

Hâte d’y être
Elles ont tout refait de A à Z. Avant il y avait un hangar, de la tôle, de la terre au sol et c’est tout. Aujourd’hui c’est un intérieur classe et chaleureux avec un mobilier en racine de teck, une salle VIP vraiment sympa qui n’attend que les joyeux fêtards pour vibrer. Le projet Le Sound est un pari un peu fou que Jessy et Évelyne se sont mis en tête de réussir il y a 36 mois, lorsque Serge Guilleman, propriétaire des lieux et patron de la Société générale de manutention leur a glissé cette idée à l’oreille. Le chemin a été long, et a souvent pris des airs de parcours du combattant, si bien qu’à moins de 48 heures de l’ouverture, les deux dames ne sont pas plus stressées que cela. Heureuses plutôt qu’autre chose, soulagées, et gonflées à bloc pour entamer les hostilités. Le duo adresse des remerciements, Jessy Wintrebert en tête: « Sans la mairie de Lillers, on n’en serait pas là, sans le service urbanisme notamment qui nous a aidé, conseillé, qui s’est déplacé. ». Évelyne renchérit: « Ils ont su être patients avec nous surtout. On les a beaucoup sollicités!».

Arnaud Delporte, le DJ résident du Sound

« Lillers n’a pas de complexe à avoir».
Évelyne parle d’union sacrée autour du projet, d’une équipe de six salariés dans laquelle chacun a son rôle et met au profit de l’entreprise ses compétences. Une somme d’individualités expérimentées à commencer par Évelyne Dumoulins justement, patronne de bars depuis 23 ans, passée par le Castello à Aire-sur-Lys et plus récemment à Fouquereuil, où elle a marqué les esprits. Jessy, elle, est plus connue encore à Lillers, puisqu’elle n’est autre que la propriétaire du bar L’Écossais, situé à quelques dizaines de mètres du Sound, rue d’Aire. Autant dire qu’il y a de la bouteille derrière le comptoir, c’est pour cette raison que les deux consœurs n’ont pas hésité à voir les choses en grand. Une capacité de plus de 150 personnes, du matériel sono et un dispositif vidéo dernier cri, un DJ résident expérimenté, trois videurs, et petit plus, un alcoborne aux normes. « On a tout misé sur la sécurité », lance Jessy, « on veut que ça devienne l’antre de la folie, mais cadré! ». Des Djs nationaux sont d’ores et déjà inscrits à l’agenda du bar, Jessie s’en amuse même: « Ce sont des gens qui tournent en Europe. Ceux qui sont programmés ont tous mixé au Stade de France. Ils sont passés par à Moscou, Minsk… et viendront à Lillers! Lillers n’a pas de complexe à avoir (…) et je vais rendre à cette ville ce qu’elle m’a donné. C’est ma ville de prédilection. »
Le Sound, rue d’Aire à Lillers. Ouverture le vendredi 1er février à 21 heures.

A.Top

Commentaires (5)

Les réunions de quartier reprennent ce mardi 29 janvier, salle des Rainettes à Cantraine

Publié le 29 janvier 2013 par Administrateur

Coup d’envoi ce soir même de la première série des rencontres citoyennes 2013 de la ville de Lillers, plus communément appelées réunions de quartier. La première aura lieu ce soir, mardi 29 janvier, salle des Rainettes à Cantraine à partir de 18 h 30. Ces réunions de quartiers constituent de véritables moments de démocratie locale avec la possibilité de débattre avec les élus. En introduction à ces réunions de quartiers, dans le cadre de la révision du Plan local d’urbanisme (Plu) et conformément aux modalités de concertation avec la population, le Projet d’aménagement et de développement durable sera présenté au public, comme il l’a été au dernier conseil municipal.
Le calendrier: jeudi 31 janvier, salle Sainte Cécile à partir de 18 h 30; mardi 5 février, salle Pailleux à Manqueville (18h30); jeudi 7 février, salle Jean Monnet (18h30); mardi 12 février, salle polyvalente de Rieux (18h30), jeudi 14 février, salle Delamotte à Hurionville (18h30).

SR: 62190.fr

Commentaire (0)

Coupures électriques à Lillers: un long dimanche de pagaille

Publié le 28 janvier 2013 par Administrateur

« Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ». Dimanche dans la journée, puis en soirée, une bonne partie de la ville a été privée d’électricité, causant un certain nombre de désagréments… quand le courant ne passe plus, la pagaille s’installe vraiment rapidement. Erdf nous a livré les raisons de ces pannes successives.
Surprise pour les clients du Campagnard dimanche midi. Ambiance tamisée, à la bougie. Un repas à thème? Un banquet privé? Rien du tout, juste une panne d’électricité qui tarde, tarde, au point d’agacer le patron des lieux qui cherche à obtenir des explications par téléphone. La patronne, elle, garde le sourire et rassure ses clients. « Ne vous inquiétez pas, ça va bien se passer ». Elle a eu raison, andouillette ou onglet à l’échalote cuits à la poêle, accompagnés de tagliatelles, ça fonctionne plutôt bien. Ceux qui sont arrivés plus tard ont été plus chanceux. A 14h, la lumière revient, les friteuses électriques crépitent à nouveau. Seulement en soirée, rebelote.

« C’est vite le bordel »
Du haut de son appartement situé place Roger-Salengro, Pierre témoigne de ce qu’il voit et entend. « On a eu droit à une coupure d’une heure, peu après 23 heures, à des micro-coupures aussi. Des alarmes de commerces se sont mises en route. De mon côté, pas de chauffage, pas d’internet… c’est vite le bordel! J’étais inquiet pour ceux qui utilisent encore un radio-réveil ». Le jeune homme plaisante. Chez d’autres, on rigole un peu moins. Au New-Day, le gérant est un peu inquiet: « Des coupures à répétition comme ça, c’est pas très bon pour le matériel. Et puis j’ai dû fermer deux heures plus tôt. Quand t’as pas d’électricité, les caisses ne fonctionnent pas. J’ai eu un manque à gagner que je compte bien récupérer. v Au cabinet d’architecture Artprim, le constat est presque le même. Si on ne déplore pas de manque à gagner, on évoque en revanche du matériel qui trinque: un onduleur électrique de grillé, que le patron compte bien se faire rembourser. La facture à destination d’Erdf est prête. Enfin du côté de la maison de retraite, c’est aussi la soupe à la grimace, on nous répond un peu sèchement. Oui la maison de retraite a été plongée dans le noir, et oui c’est embêtant. « On a sorti les lampes torches, nous a-t-on dit, on a composé ». Rien de plus. Alors forcément ce matin, on est allé à la pêche aux infos. Pas une mince affaire.

La fonte de la neige, seule coupable
En mairie et aux services techniques notamment, impossible de connaître les raisons de la panne qui a vraisemblablement gêné une grande partie de la ville (on nous a parlé de coupures sur les places Salengro et Jaurès, sur le boulevard de Paris, cité Marcel-Cachin…) Même son de cloche au secrétariat du maire, la cause est bien entendue extérieure à la municipalité. Un agent d’Erdf (qui intervenait à Lillers pour une toute autre raison) dit qu’il a bien entendu parler de la chose, mais qu’il n’en sait pas plus. Nous avons donc évidemment contacté Erdf, qui nous a livré le déroulement de l’histoire: 11h30, le transformateur qui dessert Lillers tombe en panne, la faute à la fonte de la neige qui a inondé le poste électrique. Une histoire «un peu bête» de l’aveu de la communication de l’entreprise, qui a privé 1400 foyers d’électricité. La rechute en soirée semble être analogue, puisqu’elle a touché les mêmes foyers. Mais là, la panne était plus complexe à résoudre, le nœud se situant dans un autre transformateur, jouxtant une habitation. Une petite galère supplémentaire qui a laissé 50 foyers dans le noir jusqu’à six heures du matin.

A.Top

Commentaire (0)

Semaine culturelle: Le Kosia Brada Orkestar en conclusion (diaporama)

Publié le 28 janvier 2013 par Administrateur

Pas moins de 160 personnes ont investi le Palace, dimanche après-midi, pour assister à la prestation du Kosia Brada Orkestar. Le moment était attendu puisqu’il s’agissait là de la conclusion de cette 14e semaine culturelle, axée cette année, on l’a dit et répété, sur « La vie de bohème, voyages et musiques… ». La performance de la formation lilloise a tenu toutes ses promesses, avec un concert pétillant d’une heure trente durant lequel les quatre musiciens ont réussi un petit tour de force: atténuer la timidité de certains spectateurs et les faire esquisser quelques pas de danse.


62190.fr

Commentaire (0)

Basket-ball: les Lilléroises effacent la lanterne rouge hesdinoise (diaporama)

Publié le 27 janvier 2013 par Administrateur

Dimanche après-midi, les séniors A dames du BC Lillers étaient opposées à Hesdin. Face à la lanterne rouge de cette pré-régionale, les filles d’Éric Dezoutter ont alterné le bon et le moins bon, pour finalement prendre le large en seconde partie de rencontre et s’imposer par 19 points d’écart.
« Difficile d’évoluer dans un match où les arbitres ont sifflé 51 fautes d’équipe »
. En soirée, le coach lillérois regrettait un peu le déroulé de cette confrontation dominicale, franchement polluée par les coups de sifflet. Le public a en effet eu droit à un début de match haché, opposant des Lilléroises affichant d’emblée leur supériorité, à des Hesdinoises courageuses. Plus fortes sur le papier (les filles du BC Lillers sont 4es de ce championnat), les Mauves ont cependant tardé à se mettre à l’abri. 29-21 à la mi-temps, Éric Dezoutter a su procéder au changement tactique qu’il fallait en tout début de seconde période, passant d’une défense en zone à une « individuelle tout terrain ». Plus agressives, les Lilléroises ont fait lâcher prise à leur adversaire du jour, pour finalement s’imposer logiquement, 66 points à 47.
Les féminines du BC Lillers affronteront Houdain le week-end prochain.


A. Top

Commentaire (0)

Semaine culturelle: présentation du Kosia Brada Orkestar, en concert au Palace le dimanche 27 janvier

Publié le 27 janvier 2013 par Administrateur

Dans le cadre de sa 14e semaine culturelle, axée sur « la vie de bohème: voyages et musiques », la ville de Lillers accueille le Kosia Brada Orkestar au Palace le 27 janvier. Présentation succincte d’une formation atypique.
Malgré l’ouverture des frontières de l’Europe depuis la fin des années 90, certaines musiques ont toujours du mal à traverser les pays. Cinq musiciens décident alors de jouer les passeurs et font un vœu: se laisser pousser la barbe tant qu’ils n’auront pas obtenu un visa pour chaque note de leurs mélodies. En passant par la Bulgarie, la Roumanie et la Serbie, le Kosia Brada Orkestar porte un regard orinal et métissé sur la musique des Balkans. Son répertoire de musiques populaires et de compositions originales saura vous séduire par ses arrangements fins et pétillants.

Kosia Brada Orkestar, le dimanche 27 janvier à 16 h au Palace (rue d’Aire). Gratuit.
Rens.
service culturel : 03 21 61 64 64

Commentaire (0)

Semaine culturelle de la ville de Lillers: La « Scène ouverte aux acteurs locaux » en images (diaporama)

Publié le 26 janvier 2013 par Administrateur

« Scène ouverte aux acteurs locaux »… que cela pouvait-il bien signifier? On se disait que ça aurait pu être un défilé de comédiens issus de troupes de théâtre amateures du coin, démontrant leur savoir-faire… rien du tout!
Les organisateurs nous avaient prévenu, ce vendredi soir devait être un des moments forts de la 14e semaine culturelle « La vie de bohème, voyage et musique », avec en fait, sur la scène du Palace, des acteurs de la vie locale qu’on ne s’attendait pas forcément à retrouver là. Pendant plus de deux heures, on a ainsi vu évoluer l’harmonie Fanien et le Jardin musical (deux « classiques »), mais aussi l’Atelier municipal d’expression, La Fanfare indépendante de Rieux ou encore l’orchestre de variété de l’école de musique et la chorale Poly-Son du FLJEP. Plus surprenant, des élèves du collège René-Cassin étaient aussi de la partie avec l’atelier théâtre du professeur de Français Laëtitia Delval, présentatrice vedette de la soirée, mais aussi des acteurs de la Maison pour tous, qui ont gratifié le public d’une espèce de mini concert tout à fait sympathique.
Nous avons cru sur parole le service culturel de la ville lorsqu’il nous a dit que ce serait un vrai bon moment. Nous avons eu raison. Tantôt gai, tantôt émouvant, un brin engagé, la cause tzigane a formidablement été défendue vendredi soir, en musique, en théâtre et en chanson. Forcément.

A. Top

Commentaire (0)

Les féminines du Volley Artois-Lys Lillers s’imposent logiquement face à Hersin-Coupigny

Publié le 26 janvier 2013 par Administrateur

Huitième victoire consécutive -la septième en championnat- pour les protégées de Miloud Madjidi qui s’accrochent à leur fauteuil de leader de cette poule B d’accession régionale. Samedi soir, face à une équipe d’Hersin en progression, les Lilléroises ont rendu une plutôt bonne copie, avec seulement deux passages à vide au début des deux premiers sets. Il y aura bien eu quelques fautes directes (qui ont eu le don d’agacer l’entraîneur lillérois), mais pas de quoi inquiéter outre mesure. Bien au-dessus de leur adversaire du soir, les locales ont outrageusement dominé les débats. Le score parle de lui-même: 3 sets à 0 (25-13 / 25-11 / 25 /5), les Lilléroises n’ont au final laissé que des miettes. Premières ex æquo avec Marles-les-Mines (qui compte un match en plus), les féminines du Volley Artois-Lys Lillers se rendront à Liévin le week-end prochain, avant de recevoir les Marlésiennes justement, salle Jules-Noël à 18 heures, pour une rencontre qui pourrait déjà être décisive.

62190.fr

 

Commentaire (0)

Communauté Artois-Lys: La lutte contre les inondations se poursuit

Publié le 25 janvier 2013 par Administrateur

Vendredi dernier, les locaux de la communauté Artois-Lys, rue de la Haye, accueillaient les traditionnels vœux de la communaté de communes. L’occasion pour Pascal Barois, maire de Lillers et président de la Cal, d’évoquer la lutte contre les inondations et d’annoncer les futurs chantiers.
C’est « d’entrée de jeu » que Pascal Barois s’est attardé sur la question épineuses des inondations, avant de se consacrer largement à l’étranglement financier dont sont victimes les communautés de communes et plus largement les collectivités territoriales, nous y reviendrons. En matière de lutte contre les inondations « des choses essentielles ont été réalisées, et l’importance des ouvrages terminés est reconnue et appréciée », a-t-il déclaré à l’assemblée, ajoutant que « d’autres opérations sont prêtes à être engagées ». Sa liste comporte quelques gros chantiers, les Zones d’expansions des crues de Saint-Venant et Gonnehem en particulier, ou encore l’engagement d’un programme de travaux sur Norrent-Fontes et Ham-en-Artois, comme sur les cours d’eau du « Haut-Pays ». Des opérations « tout aussi utiles », pour Pascal Barois, et complémentaires, surtout, de celles qui seront entreprises en amont par d’autres collectivités.

Affecter les moyens financiers qui s’imposent
Le président de la Communauté Artois-Lys a également affirmé qu’à ces opérations viendront s’ajouter d’autres travaux, à savoir le lancement des plans de restauration et d’entretien écologiques de cours d’eau tels que la Busnes, la Clarence et ses affluents. Et enfin, il a dit espérer « une multitude d’interventions qui peuvent encore accroître les capacités de stockage et de délestage, notamment dans tout ce réseau de fossés, sans que cela soit onéreux ». Parlons coûts justement, et rapidement… Citant l’exemple de la ZEC de Saint-Venant (un budget de 265 000 euros, dépense sur laquelle la Cal sollicite des financements à hauteur de 80 %), Pascal Barois a redit « l’engagement résolu de la communauté Artois-Lys au-delà de 2013 en matière de lutte contre les inondations, en y affectant les moyens financiers qui s’imposent ».

A. Top

Commentaire (1)

Semaine culturelle de la ville de Lillers à la médiathèque: du conte tzigane en veux-tu…

Publié le 24 janvier 2013 par Administrateur

La médiathèque municipale est bien évidemment partie prenante de cette 14e semaine culturelle. L’inverse aurait été étonnant. Elle accueille dans ses murs depuis samedi« Les gens du voyage », exposition pédagogique réalisée par le Mrap, et a ouvert ses portes mardi soir à une projection, « Vertiges, du Flamenco à la transe », suivie d’une discussion – rencontre avec Christophe Champclaux, spécialiste du cinéma.
La médiathèque admet des événements oui, mais pas seulement. Elle invite aussi les jeunes à entrer dans la culture tzigane à travers des contes diffusés à l’espace « heure du conte » (logique), mais aussi hors de ses murs avec, roulement de tambour: « Contes hors les murs »! Entamée mardi pour l’essentiel au collège René-Cassin, la démarche a vraiment bien fonctionné, de l’aveu de Nadine, directrice de la médiathèque. Les cinq classes de 6e concernées ont été littéralement absorbées par la sélection de contes tziganes, réalisée non sans mal (parce qu’il n’y en a pas forcément beaucoup) par les quatre conteurs, Nadine donc, mais aussi Patrick, Hélène et Anne, répartis en deux binômes. Au collège Léo-Lagrange, une séance s’est également tenue mardi, mais le gros de la diffusion se joue jeudi après-midi et vendredi matin au CDI.
Mercredi, des plus jeunes ont eux aussi profité de la chose, à la médiathèque, pour la traditionnelle « heure du conte ». Cette fois, ça a peut-être un peu moins bien marché, les contes étant peut-être un peu compliqués à comprendre pour un public un peu plus jeune. On ne va cependant pas reprocher aux acteurs du mini événement de tirer les enfants vers le haut.

62190.fr

Commentaire (1)

Semaine culturelle de la ville de Lillers: Les hostilités ont bel et bien commencé

Publié le 22 janvier 2013 par Administrateur

Il n’est jamais trop tard pour bien faire… si comme nous vous avez raté les rendez-vous de lundi et mardi, vous aurez bien de quoi vous consoler avec le reste de la programmation concoctée par la municipalité.
Samedi, la médiathèque et La Maison pour tous voyaient la semaine culturelle « La vie de bohème, voyages et musiques » se lancer doucement, mais sûrement, à travers deux expositions fournies par le MRAP. Nous sommes allés jeter un coup d’œil du côté de la Place Roger-Salengro pour consulter l’un des deux affichages du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié des peuples…. « Les gens du voyage », une expo qui retrace l’histoire de cette communauté trop méconnue, souvent méprisée. Elle met en avant leur diversité, la richesse de leur culture… expose les persécutions qu’elle a subies, depuis toujours pour ainsi dire, victime de préjugés ancestraux et de discriminations. L’exposition demande de l’attention (oui, il faut lire un peu, mais il y a des images!), mais surtout, elle remet les choses dans le bon ordre. Certains curieux pourraient même en sortir bonifiés…

Suite de la semaine mercredi avec « Contes et légendes tziganes », à 15 h 30 à la médiathèque municipale (pour les 7 – 10 ans).

62190.fr

Commentaire (0)

Le portrait du dimanche… Jérémy Montvoisin, gérant du New Day: « On est roi dans son royaume »

Publié le 20 janvier 2013 par Administrateur

Hier samedi, le New Day, bar à thème, fêtait ses deux années d’existence. Il nous est donc apparu logique de consacrer un portrait à Jérémy Montvoisin, l’emblématique gérant d’une enseigne qui marche fort. Un gars de Lillers bien dans ses pompes, un gars plein de projets, qui n’a pas tout à fait fini de faire parler de lui. Il dévoile ses projets et revient sur son parcours, sa vie. Sans regret aucun. « Si c’était à refaire je ferai exactement la même chose. Toute ma vie me plait, avec les erreurs. Elles font grandir. »
Ne vous fiez pas à sa bonne humeur légendaire, à son sourire bien ancré sur le visage, doublé de yeux bleus rieurs à souhait… « Mimi » n’est pas le genre à se laisser marcher sur les pieds. « T’es cool, je suis cool »… tout est dit. Lui-même se définit comme quelqu’un de « sociable, calme et juste » et surtout « pas le genre à regarder dans l’assiette de l’autre ». Ancien boxeur, quelques années passées à Toulon dans la Marine nationale, autant dire que derrière la gueule d’ange, il y a aussi du répondant. Un tempérament qui lui permet de mener à bien son entreprise, le New Day, bar à thème qu’il gère d’une main de maître, avec la fermeté nécessaire.

 De Hazebrouck à Lillers, en passant par l’Afghanistan
Arrivé à l’âge de sept ans à Lillers
(il est natif d’Hazebrouck), « Mimi » débarque à l’école Robert-Desnos en classe de CE1, timidement, plutôt du genre à se mettre au fond de la classe. « C’est après que j’ai commencé à devenir un élément perturbateur », raconte-t-il en se marrant. « Mais je n’étais jamais méchant ». Pas vraiment un bon élève, mais toutefois, il a obtenu tous les diplômes entrepris. Ceux qui l’ont côtoyé au collège René-Cassin, de près ou de loin, se souviennent forcément de lui. Tout le temps en train de rire… et taquin, envers ses camarades, comme avec les professeurs, dans la limite toujours du respect des gens. Quelqu’un de juste on vous a dit. Puis direction Béthune et le lycée Salvador-Allende. C’est là qu’il se prend d’affection pour la marine nationale. Il passe les tests avec succès et part en mission de guerre contre le terrorisme en Afghanistan, la mission Agapanthe… puis il tourne la page militaire au bout de trois ans: « J’en avais marre de bien gagner ma vie et de ne pas pouvoir en profiter. On travaillait 12 heures par jour, 7 jours sur 7 ». Il rentre dans son Nord natal, dans sa ville, œuvre un moment pour la mission locale de Bruay-la-Buissière et réfléchit à un projet professionnel, avec son ami Patrick Marquis, chargé à la ville de Lillers du développement économique,

Plus grand encore
« En tant que client j’étais à la recherche d’un bar sympa dans le secteur.
Il a été question un moment de reprendre le Big Ben -boulevard de Paris- mais ça n’a pas abouti »… Et quand il parle d’un bar « dans le secteur », il pense à sa ville en particulier: « Parce qu’on est roi dans son royaume! Je connais tout le monde ici, pas besoin de me faire connaître. J’avais la clientèle avant d’avoir la structure!» Malgré cela, il sait que rien n’est gagné d’avance. Il appréhende même un peu. « C’était le grand saut dans le vide. S’il y a la conviction, on est sûr de rien. Cinq minutes avant l’ouverture, je tremblais.»
Aujourd’hui, avec un peu de recul sur son activité, le jeune homme aborde les choses beaucoup plus sereinement et avance à pas de géant avec sa sœur Isabelle, employée du bar: « Ça fonctionne mieux que prévu », concède-t-il. Tant et si bien que les projets affluent. Depuis un petit moment déjà, il réfléchit à un projet de terrasse à plus ou moins court terme, et s’il nous confie « en off » le concept, il nous fait jurer de ne rien dévoiler: «Tu peux dire que ça va péter, que ça va surprendre, que ce sera… original. » Il voit un peu plus grand encore, et se met à rêver de boîte de nuit. On le prendrait presque pour un utopiste, un doux rêveur… mais ça serait mal connaître « Mimi » que de dire qu’il va un peu loin. «Je rêve d’une ambiance belge, d’une mentalité belge… mais ici… dans le coin »… il n’en dira pas plus. Du moins qu’on puisse écrire.

A. Top

 

Commentaires (3)

Advertise Here
Advertise Here